Place Assise Non Numérotée

Badaboum (version Loïc Lantoine) Photoblog politique

14 mai 2011

Le Nuage

Même si tu ne possèdes pas grand chose,même si tu n'as rien,il n'appartient à personnede te déposséderde la petite symphonie rosedu nuage qui passe,seul dans le ciel noir au-dessus de la cité. Francis Combes(La Fabrique du bonheur, Ecrits des Forges, 2001)
Posté par Flo Py à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2009

Bien Mérité, Clarika

Jouer le Clip “Clarika - Bien Mérité”* La petite carte en plastique que l’état m’a donnée, Ah ouais, je l’ai bien méritée Naitre en république dans une clinique chauffée Ah ouais je l’ai bien mérité Les bancs de mon école, le pouvoir d’étudier Ah ouais je l’ai bien mérité Aller voir mon docteur quand j”me sens fatiguée Ah ouais je l’ai bien mérité La douceur de l’enfance, l’amour qu’on m’a donné Bah ouais c’est vrai j’y avais pas pensé Bah oui, pardi, on me l’a toujours dit Bon sang, c’est sur, c’est la loi de la... [Lire la suite]
14 décembre 2008

Une chanson retrouvée

C'était avant, je crois, avant de te connaîtreJe me revois foulant les herbes de la bergeLes saules amputés reverdissent pourtantEt les ponts sur la Loire dans le lointain m'appellentA main nue je pêchai un poisson vif en songeEt le cachai vivant dans ma chemise blanchePrintanier m'en allai pour écrire un poèmeDans une chambre noire d'un hôtel de campagneJamais je n'ai retrouvé l'encre pâle des motsQui te chantaient je crois dans un amour futurEt qui disaient la joie d'un jour de matin bleuA jamais j'ai perdu les mots et leur... [Lire la suite]
Posté par Flo Py à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2008

L'oiseau mécanique

L'oiseau tête brûléeQui chantait la nuitQui réveillait l'enfantQui perdait ses plumes dans l'encrierL'oiseau pattes de 7 lieuesQui cassait les assiettesQui dévastait les chapeauxQui revenait de SuresnesL'oiseau l'oiseau mécaniqueA perdu sa clefSa clef des champsSa clef de voûteVoilà pourquoi il ne chante plusRobert Desnos
Posté par Flo Py à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2008

A La Mystérieuse

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m'est chère?J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années, je deviendrais une ombre sans doute.Ô balances sentimentales.J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps sans... [Lire la suite]
Posté par Flo Py à 19:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 août 2008

Il va neiger...

Il va neiger dans quelques jours. Je me souviensde l’an dernier. Je me souviens de mes tristessesau coin du feu. Si l’on m’avait demandé : qu’est-ce ?j’aurais dit : laissez-moi tranquille. Ce n’est rien.priJ’ai bien réfléchi, l’année avant, dans ma chambre,pendant que la neige lourde tombait dehors.J’ai réfléchi pour rien. À présent comme alorsje fume une pipe en bois avec un bout d’ambre.Ma vieille commode en chêne sent toujours bon.Mais moi j’étais bête parce que tant de chosesne pouvaient pas changer et que c’est une posede... [Lire la suite]
Posté par Flo Py à 21:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 août 2008

A la faveur de la nuit

Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit. Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre. Cette ombre à la fenêtre c'est toi, ce n'est pas une autre, c'est toi. N'ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges. Ferme les yeux. Je voudrais les fermer avec mes lèvres. Mais la fenêtre s'ouvre et le vent, le vent qui balance bizarrement la flamme et le drapeau entoure ma fuite de son manteau. La fenêtre s'ouvre : ce n'est pas toi. Je le savais bien. Robert Desnos, A la mystérieuse (1926)
Posté par Flo Py à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 juillet 2008

Chanson de la plus haute tour

Oisive jeunesse A tout asservie, Par délicatesse J'ai perdu ma vie. Ah ! Que le temps vienne Où les cœurs s'éprennent.  Je me suis dit : laisse, Et qu'on ne te voie : Et sans la promesse De plus hautes joies. Que rien ne t'arrête, Auguste retraite.  J'ai tant fait patience Qu'à jamais j'oublie ; Craintes et souffrances Aux cieux sont parties. Et la soif malsaine Obscurcit mes veines.  Ainsi la prairie A l'oubli livrée, Grandie, et fleurie D'encens et d'ivraies Au bourdon farouche De cent sales... [Lire la suite]
Posté par Flo Py à 00:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2008

Sanguine

La fermeture éclairA glissé sur tes reinsEt tout l'orage heureuxDe ton corps amoureuxAu beau milieu de l'ombreA éclaté soudainEt ta robe en tombantSur le parquet ciréN'a pas fait plus de bruitQu'une écorce d'orangeTombant sur un tapisMais sous nos piedsSes petits boutons de nacreCraquaient comme des pépinsÔ Sanguine, joli fruit !La pointe de ton seinA tracé tendrementLa ligne de ma chanceDans le creux de ma main.Sanguine, joli fruitSoleil de nuit.Jacques Prévert
Posté par Flo Py à 11:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 juillet 2008

Le Mal

Tandis que les crachats rouges de la mitrailleSifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,Croulent les bataillons en masse dans le feu ; Tandis qu'une folie épouvantable, broieEt fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;− Pauvres morts ! dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement !... − Il est un Dieu, qui rit aux nappes damasséesDes autels, à l'encens, aux grands calices d'or ;Qui dans le bercement des hosannah s'endort, ... [Lire la suite]
Posté par Flo Py à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]