Place Assise Non Numérotée

Badaboum (version Loïc Lantoine) Photoblog politique

21 mai 2011

Marche des Salopes, le 22 mai à 14 heures (Bastille)

arton29597_f3639Parce qu’on en a assez que le patriarcat blanc hétéro-sexiste et sa morale bien intentionnée vienne mettre son nez dans nos placards,

Parce qu’on refuse une quelconque justification aux agressions physiques et morales,

Parce qu’une jupe ne veut pas dire oui, que l’on devrait avoir le droit de s’habiller comme nous le souhaitons sans être stigmatiséEs ni subir le comportement sexuellement agressif de certains (interpellations, sifflets, etc.)

Parce que PERSONNE NE MERITE D’ETRE VIOLÉE,

Parce qu’il y en a assez de ces flics, de la morale ou de l’Etat qui nous disent de ne pas nous habiller comme des catins si on ne veut pas d’ennui. Ils se placent ainsi dans une logique de sanction de toute initiative de réappropriation de notre corps, qui passe également par le choix de nos vêtements.

Car nous n’avons rien à perdre et encore tout à gagner, nous décidons d’occuper la rue en ce jour, de descendre de nos trottoirs pour battre le pavé au son de nos milliers de talons.

Cette marche c’est notre marche, et nous la baptisons « Marche des Salopes ». A l’exemple de la « Slut Pride » qui s’est tenue à Toronto en réaction aux déclarations d’un policier : pour assurer leur propre sécurité, les femmes devraient éviter de « s’habiller comme des salopes » (et non pas d’apprendre l’autodéfense). Cette déclaration n’est que le sommet de l’iceberg.

L’espace public semble appartenir de plus en plus à un communautarisme qui s’ignore : celui des hommes blancs hétérosexuels. De l’injonction à ne pas porter le hijab ou le niqab (2004, 2011) à celui de ne pas porter une jupe trop courte, de l’invention du « racolage passif » (sic, 2003) aux contrôles d’identité au faciès, de la mise en danger de l’IVG à la psychiatrisation des personnes trans, des passages à tabac de pédés aux viols correctifs de lesbiennes, il s’agit bien de rendre une chose certaine : la rue n’est pas à nous, nos corps ne sont pas à nous. Et d’une autre chose : ces violences sont bien de notre fait.

En stigmatisant ainsi les supposées Salopes, l’hétéro-patriarcat bien-pensant ne fait que donner une justification aux viols et aux agressions, se plaçant ainsi du côté des agresseurs. Ce genre de propos sexiste et essentialisant, n’est pas seulement insultant pour les femmes, il l’est aussi pour les hommes : ainsi sont-ils tous considérés comme des violeurs en puissance, incapables de réfréner leurs instincts face une prétendue stimulation lubrique de type minijupe, minishort, porte-jarretelles, décolleté, etc.

Enjoignant les femmes, afin de les « protéger », à se conformer à un pseudo modèle vertueux d’un autre âge : « La-Femme », hétérosexuelle, blanche, avec une jupe ni trop longue ni trop courte, libérée mais pas trop, qui peut « concilier vie de travail et vie de famille » (c’est-à-dire continuer à effectuer sans sourciller 80% des tâches ménagères), les autorités ne font que ravaler la femme au rang d’objet sexuel, puisque selon leur logique, une femme habillée « comme une salope » ne le fait que pour attirer l’attention des hommes, et n’a donc pas à se plaindre si ceux-ci répondent à ses « sollicitations passives ».

NON, C’EST NON ! Un viol n’est jamais ni consenti, ni provoqué, ni jamais de la faute de la victime !

Dans un contexte de retour à l’ordre moral, de stigmatisation et de persécution des travailleurSEs du sexe, de tentative de récupération raciste et bourgeoise du féminisme au nom de la protection paternaliste de « La-Femme », nous refusons d’être des victimes, de nous faire voler la parole et de nous laisser faire plus longtemps.

Il ne s’agit pas d’imposer par cette marche « la salope » comme modèle unique et universel de libération des femmes, mais de revendiquer une manière possible de vivre son corps et de se l’approprier sans devoir subir la pression patriarcale, que ce soit par le viol ou les lois répressives. Nous revendiquons nos atours de filles de joie, notre propension à montrer nos genoux, nos bas résilles et nos oripeaux polissons, sans avoir à subir de violences sexuelles, car la révolution se fait aussi en talons !

Que vous vous identifiez en tant que salope ou que vous soyez simplement un-e allié-e, peu importe votre sexualité ou votre âge. Venez marcher, rouler, défiler, vous pavaner et crier avec nous : Dimanche 22 mai 14h départ de Bastille

SOURCE : HNS Info

Posté par Flo Py à 10:08 - Tous ensemble, tous ensemble... - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Decue

    Bonjour,
    Je vous mets en lien un article qui resume parfaitement ma pensee, suite a ma participation a cette marche, ce dimanche 22.
    http://enviedechangement.centerblog.net/1-

    Posté par Sabah, 23 mai 2011 à 23:17
  • clarinase cod

    Cincinnati Ohio Clarinase repetabs
    Greensboro North Carolina Clarinase repetabs
    Fontana California Clarinase repetabs

    Posté par clarinase, 24 mai 2011 à 13:41
  • @ Sabah

    Je viens (seulement) de lire ton billet d'humeur. C'est dommage que la Marche t'ait déçue. Peut-être t'avait-il échappé qu'elle était organisée par l'association Étudions Gayment. Je le précise parce que ça explique évidemment certains des slogans qui t'ont parus hors sujet. Quant à la banderole de tête, celle qui affirmait "en jupe ou en burqa, mon corps c'est mon droit", elle était là pour rappeler que chaque femme a le droit de s'habiller comme elle le souhaite d'une part, et que les personnes qui défilaient derrière cette banderole étaient opposées aux lois contre le voile. (Pour faire vite)

    Pour ma part, j'ai participé à cette Marche (plutôt qu'au rassemblement à Beaubourg) précisément en espérant que le cortège serait hétéroclite, désorganisé, libre. Je n'ai pas été déçue La "femme lambda" dont tu parles dans ton billet n'existe pas, je crois. Il y a des femmes et des féminismes. En acceptant justement la diversité, on peut la dépasser et lutter tou-te-s ensemble pour notre intérêt commun.

    Merci de ta visite et bonne journée.

    Posté par Flo Py, 25 mai 2011 à 09:22
  • loool

    JAMAIS JE NE LUTTERAIS AVEC UNE MAUDITE GONZESSE
    FEMMME === SATAN

    Posté par gerzrz, 18 juin 2011 à 21:06

Poster un commentaire